Monkey Forest

En Asie, toutes les activitĂ©s Ă  faire sont trĂšs souvent payantes. Il faut payer le parking et les entrĂ©es, mĂȘme pour des simples balades. A Ubud, nous n’échappons pas Ă  la rĂšgle, voire nous sommes Ă  un niveau supĂ©rieur.  Hier, les filles souhaitaient aller se balader dans les riziĂšres en terrasses le matin puis aller au – Sanctuaire SacrĂ© de la forĂȘt des singes – l’aprĂšs-midi. Mais en faisant quelques recherches sur internet, nous nous apercevons que pour accĂ©der aux riziĂšres il faut s’acquitter du parking, puis de plusieurs pĂ©ages pour accĂ©der aux diffĂ©rentes terrasses. Les locaux en profitent allĂ©grement pour gagner de l’argent sur le dos des touristes. Le tout avec 30 minutes de route pour quelques photos. Pour la Monkey Forest, il n’y a qu’un seul droit d’entrĂ©e plutĂŽt Ă©levĂ© (80 000 roupies/personne) mais nous pouvons nous y balader un bon moment et c’est en plein centre de Ubud.

Pour essayer de rester dans les clous du budget, il nous a fallu en choisir qu’un. C’est souvent le cas depuis le dĂ©but, soit nous n’avons pas assez de temps, soit pas assez d’argent pour tout faire, tout voir. De peur d’ĂȘtre déçus du fonctionnement des riziĂšres, nous optons pour les singes.

L’accĂšs Ă  la forĂȘt est facile, nous trouvons un parking Ă  cĂŽtĂ© (ce qui est une chance compte tenu qu’il est impossible de stationner en centre-ville). Plusieurs statues nous accueillent Ă  l’entrĂ©e du parc.

Nous avons l’impression d’ĂȘtre dans un parc Ă  thĂšme. Tout est propre, des toilettes sont disponibles de partout et le personnel est en nombre. Le temps est couvert mais les chemins sont bien ombragĂ©s et nous tombons rapidement sur des singes. Il y en a plus de 800, ce sont des macaques Ă  longue-queue balinais repartis en 7 groupes d’habitat. Les singes sont nourris par le personnel, il est interdit de leur donner Ă  manger. Et cette information est importante, cela Ă©vite qu’ils soient agressifs envers nous. Ils n’hĂ©sitent quand mĂȘme pas Ă  monter ou sauter sur les touristes pour leur voler nourriture, eau ou n’importe quels accessoires pouvant leur plaire. Un singe m’a sautĂ© sur le dos pour s’emparer d’une sucette en chocolat emballĂ©e qui Ă©tait dans un filet sur le cotĂ© de mon sac Ă  dos. A part ça nous avons fait attention Ă  nos affaires et Ă  notre comportement pour qu’ils restent calmes.

20190406_095213740058207274486404.jpg
A dĂ©faut d’aller voir en vrai les dragons de Komodo, nous avons fait un selfie avec leurs statues grandeur nature

Au hasard de notre balade, nous arrivons au niveau d’un temple oĂč une cĂ©rĂ©monie Ă©tait en cours. De la musique Ă©tait jouĂ©e par plusieurs musiciens et des IndonĂ©siens rĂ©alisaient des offrandes Ă  l’intĂ©rieur du temple. Peu de temps aprĂšs notre arrivĂ©e, l’ensemble des participants sortirent et la procession dĂ©ambulĂąt jusqu’à une sortie du parc.

Puis direction un restaurant un peu plus loin. Nous en trouvons quelques-uns mais notre assistant Google Maps ne nous donne pas d’informations. Nous tombons souvent sur des restaurants dĂ©cevant quand nous n’étudions pas leurs notations. Alors nous poursuivons un peu pour arriver au Warung Garisi (Warung=restaurant en IndonĂ©sien). C’est un ancien garage reconverti en restaurant, la dĂ©co est donc dans le thĂšme.

20190406_1206187835463771267151670.jpgLes prix en IndonĂ©sie sont peu chers, encore moins que les pays prĂ©cĂ©dents mais les portions sont un peu petites. LĂ  les prix sont autour des 20 000 roupies (1€25), nous n’hĂ©sitons pas Ă  prendre plus de plats que nous partageons, le tout accompagnĂ© de jus de fruits frais. Ce fĂ»t excellent.

Ensuite les filles traineront encore dans des boutiques puis retour Ă  notre guesthouse. Nous profitons en fin d’aprĂšs-midi avec AmĂ©lie pour aller faire un massage en amoureux.

Nous avons passĂ© 8 jours Ă  Ubud et notre sĂ©jour se termine. Aujourd’hui, c’est une journĂ©e transfert en direction de Pemuteran dans le Nord-Ouest de l’üle. Nous y allons pour une seule raison, escalader un volcan sur l’üle de Java
 mais vous en saurez plus au prochain numĂ©ro !

La conduite Ă©tant assez difficiles sur Bali, je souhaite couper les 4 heures (pour 120 kms) de trajets en deux et profiter de la coupure du repas pour me dĂ©tendre. A mi-parcours, j’utilise encore mon assistant pour trouver un bon restaurant. Et nous trouvons encore le paradis le – Munduk Farm House – sur les hauteurs de Munduk.

Nous sommes en montagne Ă  1270 mĂštres d’altitude, le ciel est parsemĂ© de nuages et il fait frais. Nous avons une vue dĂ©gagĂ©e sur la vallĂ©e, le mobilier et la dĂ©co sont sublimes et le personnel est aux petits soins car nous sommes seuls. En naviguant sur quelques sites pour trouver l’altitude de notre lieu, je trouve un rĂ©cit de Français ayant fait des treks aux alentours. L’idĂ©e plait beaucoup aux adultes car tout est archi vert et des cascades sont en nombre, beaucoup moins aux enfants car ils prĂ©fĂšrent aller Ă  la plage Ă  notre arrivĂ©e. N’ayant pas d’infos pour trouver un dĂ©but de piste, je questionne le serveur. Malheureusement, il nous propose uniquement des cascades touristiques avec 10 minutes de marche. Bien loin de ce qu’on recherche. Et quand je lui dis que nous souhaitons marcher au moins 2h, j’ai cru que je le perdais 😀

Nous reprenons la route, et aprĂšs une autre pause pour glaner de nouveau des infos, il faut se rendre Ă  l’évidence que ce ne sera pas pour aujourd’hui.

Une fois arrivĂ©e Ă  notre hĂŽtel, l’employĂ© nous fait visiter nos 2 bungalows. Il y en a en tout 4 et nous sommes les seuls clients. Mais sur une des terrasses, Sacha se fait piquer 2 fois par une guĂȘpe. Il hurle Ă  la mort, nous sommes stupĂ©faits. Nous apercevons des guĂȘpes aux pieds d’une table basse. Je me penche Ă  environ 1 mĂštre pour essayer de voir un nid, mais je n’en ai pas le temps, une guĂȘpe m’attaque sur la lĂšvre. Nous nous Ă©loignons tous, le tout dans les hurlements de Sacha. L’employĂ© n’est pas trĂšs paniquĂ© et ne bouge pas alors je lui explique que je ne resterai pas une seule nuit ici s’il ne faisait rien. Son niveau d’anglais Ă©tant inexistant il ne comprend rien, je lui demande d’appeler la responsable. A la suite de notre discussion, il part en scooter et revient en moins de 2 minutes avec une bombe d’insecticide qu’il pulvĂ©rise sur le nid. Il Ă©tait rempli d’une dizaine d’habitantes et la plupart n’ont pas survĂ©cu, les survivantes se sont envolĂ©es. EspĂ©rons qu’elles ne fassent pas un nouveau nid. Pour le reste de la journĂ©e comme l’accĂšs Ă  la plage ne nous parait pas simple et que nous avons trĂšs chaud, nous restons finalement Ă  la piscine.

20190407_1820553012351726842816108.jpg

Seb

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s