Doi Inthanon – Point culminant

Après une journée passé à se balader dans Chiang Mai, nous avons repris la route pour une étape en montagne. Direction le parc national du Doi Inthanon.

Pour se faire nous avons loué une voiture, il y a 120 kms à parcourir pour arriver jusqu’à notre destination. Il a fallu s’habituer au volant à droite (c’est à dire conduite à gauche) et à la boite de vitesse automatique. Pas évident car nos réflexes ne sont pas habitués. Nous avons partagé la conduite avec Amélie.

Mais tout d’abord, nous faisons un détour par l’Elephant Poo Poo Paper Park. « Poo Poo » = Caca !

Il s’agit de recycler le caca d’éléphant pour en faire du papier. Et surtout nous avons participé. L’activité proposée est super, on nous explique les différentes étapes pour y arriver et nous terminons par une boutique où nous pouvons personnaliser les produits fabriqués. Nous n’hésitons pas, les produits ne sont pas très chers et nous avons passé un super moment.

La route jusqu’au parc national est en excellent état, une 3 voies roulante. Puis une fois que nous pénétrons dans le parc, la route s’élève et devient sinueuse, la voiture peine dans les côtes. Nous traversons des forêts denses de pins ou de tecks.

Arrêt à un 1er check point, nous sommes arrêtés par des rangers. Nous voyons des tarifs affichés sur le côté et le prix pourrait bien vite s’envoler. L’accès au parc est payant suivant le nombre de personnes et le type de véhicule. Le garde nous demande où nous allons, nous lui montrons le GPS mais ne comprends pas bien, il me demande de me garer sur le côté. Il me montre une carte papier et je lui désigne un point approximatif où se trouve notre camping. Alors il me dit que c’est bon, je peux y aller. Je suis perplexe mais satisfait que je ne doive pas piocher dans ma bourse. Après réflexion nous pensons que la traversée du parc doit être gratuite.

La route se poursuit une vingtaine de kilomètres dans les mêmes conditions et se profile un 2éme check point. L’histoire se répète à l’identique même si la compréhension n’était pas évidente, vu que je ne connais pas précisément notre destination, mais la finalité reste identique.

Nous commençons ensuite la redescente pour rejoindre la vallée. La route est étroite et les pourcentages de pente sont élevés, nous roulons prudemment. Nous terminons notre route dans des chemins de terre, le camping est bien isolé dans la colline. Nous sommes même obligés de lâcher quelques lests pour arriver à bon port.

Nous sommes accueillis par Laurent, propriétaire du « Fuang Fah Camping », c’est un Français, et ses chiens. Sacha est en panique, les dernières rencontres qu’il a eu avec l’espèce lui ont donné des peurs bleues.

Il fait très chaud, la période sèche arrive à son paroxysme, alors Laurent nous propose d’aller nous montrer une « piscine » créée dans une source à 5mn de chez lui. L’eau retourne ensuite dans la rivière juste à côté. Nous sommes ravis de pouvoir aller barboter.

Nous trouvons sur place pleins d’enfants et adolescents Thaïlandais qui eux aussi profitent du lieu. L’eau est un peu fraiche mais nous ne snobons pas notre chance. Ensuite nous prenons la direction de la ville à côté, Mae Chaem (celle qui m’a permis de passer les contrôles gratos, et Laurent a bien confirmé que la traversée est gratuite dans ce cas-là). Nous avons quelques courses à faire pour le lendemain (petit déjeuner et pique-nique), et les 7 Eleven sont nos nouveaux « amis » en Thaïlande.

Finalement, nous y ferons également notre repas, car nous sortons d’une nouvelle période difficile niveau gastrique alors nous avons l’assurance de ce que nous mangeons. Et le camping n’avait pas de Wifi pour la soirée, nous n’avons donc pas pu vérifier la qualité des quelques restaurant de la zone, ni même savoir où ils se situaient.

Nous avons fini la soirée avec notre hôte à discuter de la Thaïlande et de notre programme du lendemain. Il y a seulement un couple d’Anglais en plus de nous, nous avons eu le droit à un accueil plus que personnalisé. Le top !!!

La nuit fût fraiche, nous avons dû ressortir pyjamas longs ou joggings et manches longues. Les joies de la montagne ! Les garçons étaient ravis de dormir dans des tentes. Amélie un peu moins, je n’ai jamais réussi à la faire aller dans un camping en France, alors quand elle m’a proposé l’option camping, je n’en suis pas revenu.

Après avoir pris le temps ce matin, nous partons vers 9h. Nous reprenons la route de la veille en sens inverse pour aller au point culminant de la Thaïlande le Doi Inthanon (2565m) dans le parc national. En plus d’être le point le plus haut, des pagodes royales ont été construites un petit peu plus bas. C’est un lieu ultra touristique pour les Thaïlandais et bien sur pour les étrangers. Laurent nous a comparé ça pour nous Français « au Mont Blanc avec la tombe de Charlemagne dessus » et la route pour y accéder jusqu’au bout ….

Nous avons prévu de faire un Trek qui en fait le tour. Mais pendant la montée en voiture, je m’aperçois qu’il en a plusieurs notés sur Google. Et le souci c’est qu’ils sont plus ou moins longs et doivent être fait avec un guide. Alors nous pensons que c’est celui référencé au sommet.

A notre arrivée il y fait 12°, heureusement que nous avions été prévenus, nous avions pris nos vestes. Une fois que nous avons fait un tour à la recherche d’informations, nous comprenons que ce n’est pas le bon. Mais la douleur au genou de Camille se réveille et donc nous abandonnons notre projet initial. Nous nous contenterons de la balade proposée ici, c’est-à-dire une promenade aménagée dans une forêt primaire, c’est bien sympathique.

Ensuite, nous redescendons jusqu’aux pagodes royales. Et oui il y en a 2. Une pour le Roi et une pour la Reine, pas de jaloux. Et surtout des jardins « à la Française » sont aménagés tout autour. C’est fabuleux.

Après un pique-nique dans une forêt de pins en contre bas, nous roulons pour voir une cascade. Laurent nous a garanti qu’il y avait tout le temps de l’eau (pas comme celles dans le Sud). Nous poursuivons notre route dans le parc et à l’identique du Doi Inthanon, la route est construite jusqu’au pied de la cascade. Ici aussi les vans des groupes de touristes venant pour la journée depuis Chiang Mai sont nombreux et se succèdent au pas de courses. Mais la cascade est grandiose !

Nous grimpons, à l’aide du sentier aménagé, jusqu’en haut de la cascade et là nous trouvons des mini cascades et des rapides étalés sur toute la largeur du cours d’eau. Nous sommes seul, c’est génial. Nous trempons les pieds pour nous rafraichir mais nous avons très chaud, nous avons qu’une seule envie c’est de nous baigner. L’endroit n’étant pas assez sécurisé nous décidons de rentrer et d’aller faire un tour à la piscine de Mae Pan, notre village.

20190306_1409308987429521249228850.jpg20190306_1409454064848210432912786.jpg20190306_1405368389026000115422295.jpgPuis nous terminons la soirée dans un restaurant du village voisin, Mae Chaem, avec des notes dithyrambiques sur le web. L’endroit est superbement aménagé avec des plantes en tout genre. Et surprise le restau est tenu par un Français. Nous terminerons avec des douceurs que nous avons oublié.

Seb

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s